Mesures et architecture au XIIIème siècle

(Peïre de Canove/Petrus de Casanova, maître d’œuvre)

Le bâti médiéval, surtout les édifices de prestige, sont la part la plus visible du legs de l’époque médiévale, au point que certains, la cathédrale et le château, en sont devenu des symboles dans l’imaginaire collectif.

 

Au-delà de ces emblèmes, la construction médiévale, tantôt méprisée et vue comme empirique ou maladroite, tantôt fantasmée («Mystères des cathédrales», «secrets des bâtisseurs»), se révèle être un domaine technique vaste, impliquant une multitude de savoirs et savoir-faire.

 

Comme d’autres domaines techniques, la construction bénéficie de la «1ere Renaissance» du XIIe siècle, que ce soit dans ses aspects opérationnels (mise en œuvre d’éléments de métal dans les constructions, par exemple)ou théoriques («révolution scolaire»), avec notamment un regain d’intérêt pour le quadrivium, comprenant l’arithmétique, la géométrie, musique et astronomie.

 

En effet, l’apparente simplicité de l’architecture romaneetl’élégance aérienne du gothique ont en communle recours à la géométrie et à l’arithmétique. Des outils simples, mais utilisés au maximum de leur potentiel, ont permis de tracer plans, profils de voûtes, etc...

 

Ainsi, la corde à 13 nœuds, délimitant 12 sections d’une coudée de long, utilisée pour effectuer les 4 opérations, mais aussi pour tracer un arc ou déterminer l’ébrasement d’une ouverture.

 

La pige, ou virga, avant de devenir insigne du maître d’œuvre, est avant tout un outil sur lequel sont marquées 5 unités de mesures anthropiques (paume, palme, empan, pied, coudée).

 

Avec ces outils, auxquels peuvent s’ajouter compas et équerre, peut être établi un module, unité de proportions. Un même module peut être utilisé pour tout un édifice, de la hauteur des assises de pierre au plan de celui-ci, en passant par le profil des piliers. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, des modules seront utilisés dans la planification des bastides du sud-ouest de la France, pour établir l’implantation des différentes composantes de celles-ci (îlots d’habitation, places, etc).

 

À l’aide d’outils reconstitués, de plans d’édifices existants, le public est invité s’initier aux bases de l’architecture médiévale que sont le calcul ou le dessin, comprendre comment édifier une voûte ou découvrir les principes et contraintes de l’édification d’un château.