La vièle à archet

Dans la famille des instruments je demande  … la vièle à archet.

 

Instrument de prédilection des trobars et trobairtiz, la vièle à archet est un instrument à cordes frottées (tout comme la vièle à roue dont les cordes sont frottées grâce à l’actionnement d’une roue en bois et non d’un archet).  Au début du XIIIème siècle, dans le sud-ouest français, plusieurs formes de vièles se distinguent. On retrouve les vièles piriformes (en forme de poire), alors en usage au XIIème siècle ainsi que les vièles à caisse ovale, nouvelle forme développée en Espagne, qui perdureront jusqu'au XVème siècle. La vièle ici restituée est celle issue de la sculpture du Porche de la Gloire (fin XIIème siècle) de la Cathédrale de Saint Jacques de Compostelle. Il s'agit donc d’une forme nouvelle de vièle. Les cordes, au nombre de 5, sont en boyaux. Il faut cependant savoir que les vièles n’ont pas toujours eu 5 cordes. En effet, au XIIIème siècle, il existait encore des vièles à 3 ou 4 cordes. Néanmoins, l’accord à 5 cordes se généralise. Nous nous trouvons donc devant une vièle « nouvelle génération » de part sa forme et ses accords.  Les 5 cordes sont accordées en Ré – Sol – Sol – Ré – Ré. 4 cordes sont sur la touche et une à l’extérieur. Il s’agit du bourdon. Jérôme de Moravie standardisa d’ailleurs, à la fin du XIIIème siècle, la manière d’accorder l’instrument en notant dans son Tractatus de Musica (vers 1280), que la vièle à archet « a et doit avoir 5 cordes ».  Elles sont alors disposées en deux choeurs double et un bourdon.

La vièle à archet se joue posée sur le bras ou l'épaule et parfois "de gamba" (debout devant soi comme une viole de gambe).

Archet à suivre ...

 

Un grand merci à Ugo Casalonga de la Casa Liutaiu !

Bibliographie:

- FETIS J.F, Recherches historiques et critiques sur l'origine et les transformations des instruments à archets, Paris, 1856

- RAULT Christian (sous la direction de), Instruments à cordes au Moyen-Age, Editions Creaphis, Collection Rencontres à Royaumont, Grâne, 1999